château de Nijo

Château de Nijo-jo 二条城

Château de Nijo-jo 二条城

Le château de Nijo-jo est classé au patrimoine mondial de l’Unesco en 1994 parmi les monuments historiques de l’ancienne de Kyoto. Le château de Nijo-jo, à Kyoto, a été le témoin de certains des événements les plus importants de l’histoire du Japon au cours des 400 ans qui se sont écoulés depuis sa construction.

Château de Nijo-jo 二条城
La porte Karamon du château de Nijo-jo

Histoire du château de Nijo-jo

Le château a été achevé en 1603 sur ordre de Tokugawa Ieyasu, le fondateur et premier shogun du shogunat Tokugawa (1603-1867). Tokugawa Ieyasu a unifié le Japon après une longue période de guerre civile, et a inauguré une période de plus de 260 ans de paix et de prospérité. Le gouvernement, mis en place par Ieyasu, a duré quinze générations, et a été l’une des plus longues périodes de stabilité et de prospérité de l’histoire du Japon.
Ce château servait de la résidence de Shogun Tokugawa à la capitale impériale, Kyoto.

Il a pris la forme actuelle en 1626 par le 3e shogun, Iemitsu qui a ordonné un grand travaux car l’Empereur de l’époque Gomizomo-Tenno, s’est déplacé au château de Nijo-jo (ce qui était très rare car les membres de la famille impériale sortaient très rarement du palais impérial).
Depuis la dernière visite de Yoshimitsu en 1643, aucun Shogun ne s’y était rendu. En 1863, le 14e shogun Iemochi s’est enfin déplacé au château. Lorsque le Shogun n’était pas en résidence, les gardes samouraïs de Nijo Zaiban, qui étaient envoyés de la capitale du Shogun à Edo (aujourd’hui Tokyo), gardaient le château.

En 1867, le 15e et dernier Shogun, Tokugawa Yoshinobu, a convoqué les hauts vassaux de 40 domaines qui résidaient à Kyoto au château et a annoncé la fin du règne des Tokugawa, et le retour du contrôle politique à l’empereur : c’est ce qu’on appelle la restauration de Meiji.
Cela a marqué le début de la période Meiji, au cours de laquelle le Japon est passé très rapidement d’une société féodale à la nation démocratique moderne que nous connaissons aujourd’hui.
Le château Nijo-jo a donc organisé les cérémonies d’ouverture et de clôture de la dernière période de féodalité. C’est donc un monument très important dans l’histoire du Japon.

En 1884, le château est devenu l’annexe du palais impérial avant de passer aux mains de la ville de Kyoto en 1939. Il est ouvert au publique depuis 1940.

 

Les points d’intérêts du château de Nijo-jo

La porte de Kara-mon(唐門)
La porte marque l’entrée au palais Ninomaru-goten. Elle a été construite en 1626 pour la visite de l’empereur au château. C’est une porte qui est décorée par plusieurs sculptures : les dragons et les tigres gardent le château, les tortures et les grues sont les symboles de longévité.

Au moment de la dernière restauration en 2013, nous avons trouvé l’emblème de la famille Tokugawa, les roses trémières, sous le symbole impérial mis actuellement sur la porte, les fleurs de chrysanthèmes.

Le palais de Ninomaru-goten(二の丸御殿)
Il est composé de 5 bâtiments reliés entre eux par les couloirs. Il y a 33 pièces avec plus de 800 tatamis sur 3300m2 et c’est le bâtiment le plus important dans le château. La plupart des dessins sur les portes coulissantes ont été réalisés par l’école Kano, l’école préférée du Shogun.
*Les premières et les plus grandes salles du palais qu’on visite sont Tozamurai(遠侍). Ces salles servaient comme les salles d’attente pour les seigneurs féodaux. Nous pouvons y remarquer plusieurs dessins de tigres qui impressionnent les visiteurs. 954 peintures sur fusuma (portes coulissantes) sont présentées actuellement. Le peintre Kano Tanyu a dessiné les tigres à l’aide de la fourrure et les dessins importés de la Chine car à l’époque les tigres n’existaient pas encore au Japon. C’est pour cela que les tires sont un peu différents de ce que l’on connaît aujourd’hui. Les panthères étaient considérés comme les tigres femelles et Tanyu a pris le mouvement des chats comme l’exemple donc si on observe bien les dessins, les tigres ressemblent aux chats.
Il faut également faire attention au bruit que vous entendez quand vous marchez sur le couloir. C’est ce qu’on appelle le couloir des rossignols qui émet à chaque pas, un crissement d’un chant d’oiseau : ce dispositif permettait d’être averti du moindre mouvement.
*La salle suivante est Shikidai(式台), la deuxième salle d’attente. Le dessin du pin nous impressionne : le pin est représenté ici pour espérer la prospérité éternelle de la famille Tokugawa.
*Dans la salle Ohiroma Sannoma(大広間 三の間), il ne faut pas manquer à observer la partie supérieure de la salle : un grand dessin en relief est sculpté sur 35cm de cyprès japonais. Vous pouvez voir par derrière, sur le chemin du retour, le différent dessin sculpté. Nous pouvons apprécier le travail de l’artisan de l’époque.

Château de Nijo-jo 二条城
Ohiroma du château de Nijo-jo

*Nous passons ensuite par la salle la plus importante Ohiroma Ichinoma Ninoma(大広間 一の間二の間)dans laquelle le 15e et dernier Shogun Yoshimitsu a annoncé son abdication en 1867. Il y a un jeu d’optique sur le dessin de pin dessiné au fond de la salle. Quand le Shogun se posait devant ce dessin, grâce à cette perspective, le Shogun apparaît plus grand que sa vraie taille. L’endroit où le Shogun s’asseyait est surélevé et à côté il y a la salle des grades.
*Nous accédons à la partie plus privative du Shogun à Kurosho-in(黒書院)où seuls les vassaux proches et les membres de famille étaient autorisés à entrer dans cette partie du palais. Nous pouvons constater que les dessins sont beaucoup plus simples que les salles précédentes, avec les dessins de plates comme les plumes, les cerisiers. On dit que c’est dans cette salle que Yoshimitsu a décidé d’abdiquer.
*Les salles au fond du palais sont Shirosho-in(白書院). Ces salles étaient réservées au shogun : elles étaient utilisées comme la salle de séjour et la chambre à coucher.

Le palais de Honmaru-goten(本丸御殿)
(actuellement fermé au publique, en restauration jusqu’en 2021)
Originairement il a été construit en 1626 par le Shogun Yoshimitsu pour la visite impériale mais malheureusement a été brûlé totalement par l’incendie de Kyoto en 1788. Comme le château de Nijo-jo servait à l’annexe du palais impérial après la restauration de Meiji, ce palais, construit en 1847 dans le palais impérial de Kyoto, a été déplacé ici sur l’ordre de l’empereur de Meiji en 1894. Le fils de l’empereur de Meiji, futur l’empereur de Taisho y a résidé 10 fois.

Château de Nijo-jo 二条城
Honmaru goten du château de Nijo-jo

Les ruines de la tour Tenshu-kaku(天守閣跡)
La tour de Tenshu-kaku de 6 étages a été construit dans la partie sud est de Honmaru. Malheureusement par le foudre de 1750, il a été brûlé totalement et n’a jamais été reconstruit. Seuls les remparts existent toujours. Il est considéré comme la seule tour sur laquelle l’empereur est monté.

Le jardin de Ninomaru
Le jardin de Ninomaru a été réaménagé par Kobori Enshu en 1626 lors de la visite impériale. C’est un jardin classique de style Shoin-zukuri, avec une grande île Horai-jima (symbolisant le paradis) dessinée par une île aux grues et par une île aux tortues, toutes deux métaphores de la longévité.
Le jardin de Nijo-jo est remplis d’arbres et nous montre la beauté de chaque saison. Au printemps, vous pouvez apprécier les fleurs de prune et les fleurs de cerisiers. Et en automne, les belles couleurs d’automne vous accueillent.


Information

Accès : à pied de la station du métro ou de l’arrêt du bus Nijojo-mae(二条城前)
Entrée : Ninomaru goten + jardin :1030 yens pour les adultes / 350 yens pour les lycéens et les collégiens / 200 yens pour les écoliers
jardin seul : 620 yens pour les adultes
Heure d’ouverture : 8:45 – 17:00 (dernière entrée 16:00)
Juillet et Août : 8:00 – 18:00 (dernière entrée 17:00)
Fermeture : tous les mardis du déc, jan, juil, août, du 26 déc au 3 jan


Plan du quartier

Articles recommandés